Recours hiérarchiques après la vérification : l’administration instaure un délai précis

Date de parution
Image

La charte des droits et obligations du contribuable vérifié, dont le contenu est opposable à l’administration, permet à celui-ci, en cas de désaccord avec le vérificateur sur les rectifications envisagées, de saisir ses supérieurs hiérarchiques (inspecteur divisionnaire ou principal et interlocuteur spécialement désigné). Selon la jurisprudence, ces recours doivent être exercés après la réponse de l’administration aux observations du contribuable et avant la mise en recouvrement des impositions complémentaires qui doit intervenir après un délai raisonnable permettant l’exercice effectif de ces recours (notamment CE 10-3-2023 n° 464123).

La version 2023 de la charte publiée en octobre sur le site impots.gouv.fr instaure un délai de recours de 30 jours à compter de la réception de la réponse de l’administration aux observations du contribuable à la proposition de rectification. Elle précise également que toute demande intervenant directement après réception de ladite proposition sera considérée comme prématurée.

Les commentaires doctrinaux correspondants sont mis à jour en conséquence (BOI-CF-PGR-20-10). L’administration précise à cette occasion que le délai de trente jours pour formuler une demande de recours hiérarchique est un délai franc. Pour son calcul, il convient de ne retenir ni le jour de réception de la réponse aux observations du contribuable, ni le jour de l’envoi de la demande de recours.

À noter. Dès lors que l’administration doit informer le contribuable, dans l’avis de vérification, qu’il peut consulter la charte sur Internet ou demander à ce qu’elle lui soit remise en main propre (LPF art. L 47), le nouveau délai devrait être opposable dans le cadre des vérifications pour lesquelles l’avis a été notifié après la publication de la charte 2023. 

 

Charte du contribuable vérifié 2023.

© Lefebvre Dalloz

Formulaire de newsletter
Titre

Suivre notre actualité

Lire également
Entreprises multinationales : la BDESE est à compléter
Une société sanctionnée pour des infractions commises par la société qu’elle a absorbée ?
Cession du contrôle de sa société par un franchiseur : l’accord nécessaire du franchisé ?
Les faits. Un franchiseur cède l’’intégralité de son capital. Un franchisé soutient que son contrat de franchise, conclu en considération de la personne du franchiseur, a été ainsi cédé sans son accord. La décision. Le juge estime que si le contrat…